GAUSS et BEIJERLAND
Sources : LA SAGA DES EPAVES DU PAYS DE CAUX TOME 2
SOMMEIL DES EPAVES ET ODYSSEE
Création définitive du 18 mai 2006 suite à première parution
Nuit du 12 au 13 décembre 1942
La Kriesgmarine perd 2 de ses unités principales basées sur la Côte d’Albâtre
(Page avec séquence vidéo sous-marine haut débit hautement recommandé)
Mise à jour 27-Jan-2013 17:37
Accès fiche techniqueAccès à la fiche technique du GAUSS de notre base de données
Accès à la fiche technique du BEIJERLAND

Le Gauss
(Le GAUSS)
Crédit photo : D.R.

image site du GRIEME
PRÉAMBULE

Le Gauss

(Le GAUSS)
Crédit photo : D.R



Nous tenons a apporter une précision sur le texte traduit des archives concernant le GAUSS. En effet, si vous êtes lecteur de la presse spécialisée dans le domaine de la plongée, vous avez probablement découvert dans un magazine paru en octobre/novembre 2004 un article très complet relatant l'histoire du SP 178 écrit par les membres de l'Expéditions Scyllias.
 

A cette époque, le "Tome 2" de notre SAGA était dans sa phase finale et nos sources d'archives qui étaient visiblement les mêmes que celles d'Expéditions Scyllias laissaient apparaitre de petits écarts sur certaines heures, lieux et autres points des récits que nous avions.


Ne voulant pas que la même histoire soit racontée de plusieurs façons différentes (l'histoire reste et demeure l'histoire), nous avons considérés que le texte traduit des archives allemandes publiques qui était publié dans le magazine de plongée était "une correcte et bonne traduction", alors pourquoi raconter autre chose !
 

Après avoir contacté Monsieur Jean Louis Maurette, nous avons bénéficié de son accord pour utilisation des éléments de traduction.

Nous connaissions l'histoire du GAUSS et sa position depuis plus de 10 ans et ne pourrions avoir aujourd'hui qu'un regret, celui de ne pas avoir raconté son histoire en 2002 dans notre Tome 1 ! Mais à l'époque, nous n'avions aucune archive iconographique le concernant, et surtout le SP 144 que nous cherchions nous était toujours inconnu ! Hors l'histoire de l'un est celle de l'autre...
 

Double hommage donc à Expédition Scyllias pour la découverte du BEIJERLAND et la traduction des archives de guerre relatant ces 2 histoires et surtout mille excuses  pour ne pas vous avoir demandé l'autorisation d'écrire qu'une seule vérité historique sans modification !

image site du GRIEME
PRÉSENTATION


Le GAUSS et le BEIJERLAND de leurs noms de baptême
deviennent le SP 178 et le SP 144 durant le second conflit mondial
Intéressons-nous tout d'abord au GAUSS

Parmi les épaves du secteur de Dieppe, le GAUSS de son dernier nom SP 178 (SP pour Sperrbrecher) est une des épaves dont l’identification fût des plus facile pour notre association. Les archives allemandes étaient cependant «floues» quant à la position : combat naval proche du Tréport dans la position 50°04’5 N pour 01°09’ 2 E et le nom de «Berneval» donné au site par la bouée matérialisant l’épave ne facilitait pas les choses à première vue.

Mais procédant avec méthodologie chaque fois qu’une épave nouvelle est visitée, les premières plongées furent consacrées à mesurer le gisement et à relever les indices pouvant apporter une aide à nos recherches :

        - détails de forme (proue, poupe)
        - présence d’armement,
        - type de machine,
        - et tout autre petit détail permettant une approche de la vérité…

Le rapprochement avec nos bases de données de par l’armement, nous donnait deux navires possibles, mais il n’en restait plus qu’un avec ces dimensions ! Le GAUSS venait d’être retrouvé…

Le BEIJERLAND gardera son secret de position jusqu’en 2004, date à laquelle une équipe de passionnés au même titre que le GRIEME découvrent le SP 144 quelques 63 années plus tard.

Hommage donc à nos amis d’Expédition SCYLLIAS.

image site du GRIEME
HISTORIQUE

Un ensemble de bâtiments de la 18 ème flottille en poste avancé a été réquisitionné en ce jour du 11 décembre 1942. Au V1802 et V1809 sont venus se rajouter le M1609 le  V1525 et plusieurs autres petits navires d’accompagnement. Ancien chalutier  du nom d'Eglantine construit en  1905, le V1525 est équipé à neuf. Il appartient à la 15 ème VP basée au Havre et c’est au travers son équipage et son commandant que nous allons vivre la perte des SP 178 et SP 144.

Ces  2 navires marchands reconvertis en unité de déminage sont lourdement armés contre l’aviation alliée et ont un rôle qui consiste à ouvrir le passage aux convois d’importance, ainsi qu’aux sous-marins en surface joignant ou quittant leur base.
En ce 12 décembre 1942, un convoi composé des deux unités SP 144 et SP 178 quitte Boulogne  pour rejoindre la deuxième Sperrbrecher flottille de Royan où ils assureront la sécurité des convois et U-boote  pour la côte Atlantique.

Il est 17 h et à la vitesse de 7,5 nœuds, les escorteurs prennent place de part et d’autre des deux Sperrbrechers. Le ciel est clair, sans lune et un léger vent de SO donne une houle légère que le convoi prend sur bâbord. La visibilité est moyenne, et le convoi s’attend au pire. Le Commandant FENDEL est avec son unité le V1525 sur le bâbord du BEIJERLAND, lui-même suivi du GAUSS et des autres escorteurs qui l’encadrent.

Il est  22 h 40, une 1/2 heure après le changement de cap du convoi faisant route au 250, lorsque dans un vrombissement venant de toute part le convoi se rend compte qu’il est attaqué. Nous sommes au large du Tréport proche du port de Dieppe.

« Ils nous tombent dessus » hurle un matelot voyant les premières rafales des M.T.B et M.G.B. claquer sur la tôle du VP…..Le destroyer WHITSHED ouvre le feu sur le navire en avant tribord du convoi. Les autres destroyers, proche du combat lancent des fusées éclairantes, les coups fusent de toute part et le champ de bataille devient très éclairé. La flottille comprenant que la menace est grande se disloque en tout sens et les bâtiments principaux, cible des britanniques, essuient de nombreux tir d'artillerie. Leur salut est le port de Dieppe.  Le V 1525 tire avec son canon de 37 mm, épaulé par le V1802 et ensuite par le BEIJERLAND devenu une des deux cibles principales.

Les tirs sur les bateaux britanniques sont précis, mais leur rapidité leur permet d'être hors de porté et de continuer à  tirer sur l’ennemi. La grosse silhouette du SP 178 est éclairée par le destroyer qui l’arrose de tous ces canons. Le VESPER et l’ESKDALE pointent également leurs tourelles sur le fuyard qui est rapidement touché.


(Le KEPLER sister-ship du GAUSS transformé en machine de guerre)
Droits Photos réservés - Remerciements à Roel Zwama et Thomas WEISS
(Wurttembergische Landesbibliothek de Stuggart)

Pendant 1/4 heure le V1525 subit les mêmes tirs des destroyers qui ont endommagé le GAUSS. En changeant de cap au 270 le commandant FENDEL tombe sur 3 bateaux ennemi, il fait mouvement bâbord toute et il remarque l'arrivée du 144 sur son travers. Le pire est évité mais le GAUSS entouré de fumée prend de plus en plus de gîte. Sa perte est imminente.
Le  V1809 tire sur les Britanniques avec acharnement pendant que le V1525 avec le M1609 et le  SP 144 mettent cap au 250 en direction de Dieppe. Mais ils ne peuvent conserver leur vitesse. FENDEL a beau faire  feu contre les M.T.B. qui les ont pris en chasse, le M 1609  est touché a son tour et le feu prend à bord.

A 23 h 20 le champ de bataille est sans dessus dessous. Le V1525 se fait prendre en tenaille par 2 M.T.B arrivés par derrière, d'autres arrivent afin de terminer le travail. Les hommes du V1525 se battent pour leur survie. Le destroyer à bâbord arrière du V1525 est si près qu'il fait feu avec des mitrailleuses  sur le bateau lequel réplique de son 37 mm pour repousser l’assaillant…

A 23 h 25 le V1525 arrête son tir sur l’ennemie hors de portée. Le combat acharné du petit escorteur a entraîné ce dernier à plus de 9 milles dans le nord ouest de Dieppe, aidé des courants.

Il est 00 h 30 en ce 13 décembre 1942 quand le radio de bord entend la nouvelle : le SP 178 a coulé.

FENDEL aurait pu continuer sa route et gagner Fécamp ou le Havre pour son salut, mais le devoir l’appelle et il refait cap sur Dieppe. A 1 h 20 alors qu’il se présente dans le chenal du port, FENDEL  fait faire demi-tour à son unité ayant entendu l'appel de détresse du M1609. Il  3 h15 lorsque la division sécurité réclame la position du V1525. FENDEL qui remet le cap sur la zone des combats sait qu’il lui faut revenir avant 4 h 30 (heure de la marée basse) s’il veut pouvoir rentrer au port. Le M1609 porté disparu car ne répondant plus se présente dans l’avant port. Il est 4 h 23 lorsque le V 1525 passe le chenal d’entrée au port, rappelé assez tôt par la division sécurité côtière.

Amarrés au port à 04 h 50, le V1525 ne peut que constater les dégâts subis : des dommages au ponts avant et arrière, le bâbord et le tribord criblés d’impacts, mais  pas de blessés ! Les quatre bateaux accompagnant sont plus ou moins endommagés, mais ils sont rentrés au port. Les deux Speerbrechers n’ont pas eu cette chance, mais ce sont eux qui étaient visés.

Le GAUSS aura coulé dans les 10 minutes qui auront suivis les premiers impacts, le SP 144 qui s’était rapproché de la côte fut pris sous le feu du H.M.S ESKDALE et c’est une torpille de ce dernier qui eut raison du navire. Les trente six hommes d’équipages du  SP 144 furent tués, 3 survivants seulement furent récupérés du naufrage du SP 178.

La supériorité des britanniques aurait pu laisser croire qu’aucun navire en réchapperait. Mais le désordre de cette bataille restera inexpliqué et 6 navires allemands rentreront au port. Le but était atteint, coulé les navires ouvrant les portes des convois, à savoir le GAUSS et le BEIJERLAND.
 

L’année 1942 qui s’achève atteint des records de pertes de navires marchands alliés : près de 7.800.000 tonnes ont été envoyées par le fond, bientôt autant que les pertes cumulées de 1940 et 1941 !

image site du GRIEME
CARACTERISTIQUES DU GAUSS ET DU BEIJERLAND


(Une des rares photos du BEIJERLAND)
Extraite de DEUTSCHE SPEERBRECHER 1914-1945 de Bernard & Graefe Verlag

Le SP 178 était un navire de commerce du nom de GAUSS, lancé à Kiel en 1925 pour le compte de la  Dampfschiffarts Gesellshaft Neptun de Brème. Il fut construit au chantier de Deutsche Werke AG de Kiel.  Jaugeant 1236 T, il mesurait 70,51 m pour 11,02 m et avait un tirant d’eau de 4,65 m. Son moteur diesel DWK de 6 cylindres développant 800 CV le propulsait à 10,5 nœuds.

A l’été 42, le GAUSS était réquisitionné et transformé en SP avant que les 102 hommes de son nouvel équipage en prennent possession sous les ordres de son capitaine Willy Engel.

Ce n’est qu’en septembre de la même année, que le SP 178 recevait son armement définitif : un canon de proue de 88 mm, un de 37 mm sur la poupe, 8 canons de 20 mm ainsi que 3 mitrailleuses et un lance flamme anti-aérien. Le navire fût affecté à la 2 ème Sperrbrecher Flotille. Sa coque n’était pas renforcée mais était équipée d’un système produisant un puissant champ magnétique projeté à l’avant du bateau destiné à déclencher à distance les mines magnétiques. Le navire tractait également 4 paravanes qui devaient couper les orins des mines pour les faire remonter en surface. Le navire disposait aussi d'un bruiteur à turbine du nom de G.B.T.  fixé au bout d’une perche le long de l’étrave pour déclencher à distance l’explosion des mines acoustiques. En complément, des fûts vides étaient stockés dans la proue afin d’assurer la flottabilité au cas ou une mine exploserait trop près.

Le SP 144 n’a, quant à lui, jamais connu de période avant guerre. Construit pour un armateur hollandais en 1939 du nom de N.V Scheepvaart et Steenkolen Mil c’est sous le numéro de coque 661 qu’il sortira des chantiers CVD Giessen & Zoon à Issl en Hollande. Il sera lancé le 6 septembre de la même année. Long de 63,39 m pour 9,04 m, il avait un tirant-d’eau de 2,46 m et ne jauge que 387 tonneaux. Propulsé par un 4 cylindres diesel Polar de 640 chevaux et sa vitesse de croisière n’excède pas 10,5 nœuds. Il porte le nom de BEIJERLAND lorsque le 14 mai 1940 il est saisi par l’Allemagne et devient unité de guerre le 4 décembre de la même année. Transformé pour devenir Sperrbrecher, il est affecté à la 4 ème Sperrbrecher Flottille basée à Amsterdam, sous la dénomination N.S.I.V. Ce n’est que le 1er août 1941 qu’il est baptisé SP 144.

image site du GRIEME
LA FIN DU BEIJERLAND

Les Infos Dieppoises
A lire sur les Infos-Dieppoises


L'Albrighton
Worcerster
Eskdale

A lire sur les Infos-Dieppoises,
la fin du Beijerland
achevé par deux navires britanniques (L'Albrighton et le Worcerster) et un norvegien (L'Eskdale)
Photographies en Droits Réservés

image site du GRIEME
LA PLONGEE - IMPRESSIONS


(Le GAUSS vu par Michel TORCHE - Plongeur/Dessinateur au GRIEME)

N’ayant pas encore eu le temps matériel et les conditions favorables pour aller découvrir l’épave du SP 144, depuis que ce dernier ait été découvert,  nous vous laissons le soin à vous, plongeurs ,d’en faire la découverte par vous-même. Proche du Tréport comme le point géodésique l’indique, la faible profondeur du secteur doit permettre une exploration facile et complète, pour le peu que la visibilité soit bonne.

Par contre, vous parler du GAUSS est sans problème pour nous, car cette épave dite de Berneval nous est connue depuis bientôt 15 ans. La plonger et la re plonger reste un moment de découverte à chaque immersion.

Bruiteur situé dans la cale avant - Prise de vue François MATHIEU

Eloignée de 6 miles de la côte, l’épave est souvent visitée avec une bonne visibilité. Malgré ses dimensions assez importantes, il est possible d’en faire le tour en une seule plongée, mais cette dernière s’effectuera avec un palmage énergique pour boucler le tour. Comme le but n’est pas la course mais la découverte, on procèdera donc à plusieurs immersions pour découvrir ce navire et pour mieux marquer l’événement de ce jour et garder un souvenir pour cette notre second ouvrage, la Saga Tome 2 , c’est avec Patrice Strazzera  que nous allons vous faire découvrir le SP 178.

Ensablée jusqu’au bordée, la poupe se découvre comme sur les photos d’époque, bien arrondie avec une coursive dégagée sur laquelle est resté implanté le support de tourelle d’une des pièces d’artillerie qui a malheureusement disparue. Deux ouvertures ayant perdues leurs portes laissent apparaître des espaces à rangement de matériel resté figé depuis la date du naufrage. La visite se poursuivant en longeant l’un des deux bords, on commence à voir se dessiner la forme du navire qui progressivement augmente sur la hauteur. Quelques treuils ça et là sur les restes du pont pour en arriver à un des éléments qu’il ne faut surtout pas rater, le moteur de la «bête» : un six cylindre vertical d’une taille auquel on est peu habitué sur les autres épaves du littoral normand où le "triple expansion" règne en maître !

Difficile de ne pas en faire plusieurs fois le tour pour se rendre compte de la taille ! S’en suive un ensemble de cales, toutes accessibles et dans lesquelles le matériel et les munitions du dernier combat jonchent le sol de l’épave ensablée. Un petit coup d’œil par une ouverture qui, en son temps, devait être un hublot pour se rendre compte que nous prenons de la hauteur par rapport au fond initial. Sur le pont, nous voici maintenant à environ 2 mètres au-dessus du sable blanc qui entoure l’épave. Des structures attirent notre attention. Les éléments haut du navire, poste de commandement et autres cabines et compartiment ont disparus du navire, mais on les retrouve au sable de part et d’autre de l’épave. Une petite visite de curiosité s’impose. Mais le temps a fait son effet, les structures sont vides.

Un étrange amas de câble fixé de façon méthodique sur la coque nous rappelle bien que nous sommes sur un Sperrbrecher dont une des particularités était d’avoir une ceinture de câbles sur sa coque qui lui permettait, par un fort courant les traversant,  d’éloigner les mines magnétiques que les alliés laissaient en mer lors de leurs raids d’approche des côtes.

Le Gauss vu par Patrice STRAZZERA

(Le canon de 88 du Gauss vu par Patrice STRAZZERA)

Remontant le long de la coque en suivant ces câbles, nous arrivons sur la structure la plus haute de l’épave, la proue sur laquelle domine au point le plus haut, la pièce majeure d’artillerie du GAUSS, son canon de 88 mm. Intact, son bouclier le protégeant, il incarne à lui seul ce que le combat du 12 décembre 1942 a pu être. Il repose aujourd’hui à tout jamais dans les fonds de cette Manche qui n’a pas finit de nous dévoiler tout ses secrets…

La visite se terminera sur la proue qui domine à près de 5 mètres au dessus du sable. En trainant sur le fond on apercevra le  bras articulé support des G.B.T.* ainsi que les deux ancres du navire, toutes les deux à poste semblant attendre que le navire arrive à bon port pour être larguée.

image site du GRIEME
LOCALISATION - ACCES
Europe 50
50°03,382 N - 01°06,785 E

Port d’accès conseillé : Dieppe

image site du GRIEME
COULEURS ET VISIONS SURREALISTES DU GAUSS
Par le webmaster du GRIEME

image site du GRIEME
ALBUM PHOTOS

Album photos du Gauss avec Dominique RESSE

image site du GRIEME
SEQUENCE PHOTOS & VIDEO SUR LE GAUSS
(Page avec séquence vidéo du Gauss - Haut débit fortement recommandé)

Plongée sur le Gauss
Le canon mythique du Gauss
Avant du Gauss
La proue du Gauss
Eléments de moteur du Gauss
Autre vue élements moteur du Gauss
Munitions du Gauss - Attention DANGER !
Munitions du Gauss - Attention DANGER !
Echelle sur le Gauss
Bruiteur à turbine du Gauss


(Passer la souris sur la photo pour en connaitre le détail - Reproduction interdite sans autorisation du GRIEME)

image site du GRIEME
ET AUSSI... SEQUENCE PHOTOS AVEC LE GRIEME SUR LE BEIJERLAND
Revues et adaptées par le webmaster des lieux

A l'étrave du Beijerland
Moteur du Beijerland
Secteur de barre
Canon tombé au sable
Volant d'inertie
Tubule admission air moteur
Générateur
Un obus engagé dans le canon
Amas de chaines
Passer la souris sur la photo pour en connaitre le détail
Reproduction interdite sans autorisation du GRIEME

 ENCORE PLUS DE PHOTOS AVEC LE GRIEME - CLIQUER SUR LA MINIATURE





Reproduction interdite sans autorisation du GRIEME

image site du GRIEME
CREDIT PHOTOS SOUS-MARINES

Patrice STRAZZERA (Noir et blanc) et GRIEME (Couleur)
Reproduction interdite sans autorisation
 

image site du GRIEME
EN DECOUVRIR ENCORE PLUS SUR LE GAUSS et LE BEJEIRLAND

LA SAGA DES EPAVES DU PAYS DE CAUX - TOME2
LE SOMMEIL DES EPAVES et ODYSSEE
Patrice STRAZZERA
Découvrez ses superbes albums de photographies
Mais aussi



image site du GRIEME
LEXIQUE
  Sperrbrecher : "briseurs d’obstruction"
  G.B.T. : Geräuschboje mit Turbineantrieb (Bruiteur à Turbine)

Remonter à la surface de la page