MADININA ou L'ILE AUX FLEURS
Voyage de Mars 2002
Mise à jour 20-jan-09 20:10


"C'est une île perdue au milieu de l'Océan...
un paradis sur terre, un spectacle permanent..."

S'il est vrai que certaines paroles de chansons créoles décrivent la MARTINIQUE comme une sorte d'EDEN, un voyage sur place achève de vous convaincre.

PETITS RAPPELS
Situé au coeur de l'archipel séparant l'Océan Atlantique de la Mer des Caraïbes, la Martinique, massif volcanique dominé par la Montagne PELEE (1.397 m), est bordée de côtes aussi superbes que variées et offre une grande diversité de paysages à découvrir. La "métropole" est à plus de 7.000 kms et ici le climat est de type tropical maritime. La saison "sèche" (janvier à mai) est assez clémente et les alizés poussés par l'anticyclone des Açores offre un climat très agréable avec des températures quotidiennes de 25 à 30°.

QUE CHOISIR ! LE SUD OU LE NORD ?
C''est avant tout une question personnelle. Il est vrai que le sud est beaucoup plus touristique que le Nord Caraïbes. En ce qui nous concerne, nous avons opté pour le nord afin d'aller à la rencontre des Épaves du Volcan mais aussi et surtout d'une nature plus vraie, plus généreuse, plus sauvage, plus dense et plus montagneuse.

HÉBERGEMENT DANS LE NORD
Le Nord dispose de moins de structure d'accueil. Le MADI CRÉOLE est une petite résidence fort sympathique et très bien tenue. 

C'est BOUINETTE et FRANCOISE qui vous accueillent avec une extrême gentillesse. La résidence est située face à la Mer des Caraïbes et vous n'avez que la route à traverser pour vous retrouver sur une petite plage de sable (noir... normal, compte tenu du lieu) avec vue sur la baie de Saint Pierre et sur la PELEE. Le MADI CRÉOLE baigne dans un magnifique jardin de fleurs multicolores et l'accès à la piscine se fait en passant près d'un superbe balisier... Bref, une vision de carte postale. Dernier détail, quand vous êtes dans le piscine du MADI CREOLE... vous avez une large vue sur la mer ! Le rêve quoi...

MADI CRÉOLES
Anse Latouche - Le Trou du Diable
97250 SAINT PIERRE
MARTINIQUE - F.W.I.

CLUBS DE PLONGÉE
Nous avons pris contact avec 2 clubs dans le sud et deux dans le nord. Nous ne parlerons pas de trois d'entre eux. C'est donc avec TROPICASUB Plongée que nous avons choisi de découvrir les Épaves du Volcan pendant deux semaines.

TROPICASUB est superbement installé dans la résidence MADI CRÉOLES, ce qui est extrêmement pratique. Alors, si vous résidez au MADI CRÉOLES, vous êtes directement arrivé... pas de voiture à prendre, pas de matériel à transporter.
Le centre (FFESSM/CMAS/ANMP/CEDIP/PADI) est complètement équipé  : compresseurs, bouteilles, combinaisons, scooters sous-marins, etc.... et bien évidemment moniteurs et instructeurs diplômés. TROPICASUB Plongée dispose d'un superbe bateau HERMES (11 mètres/300 cv).

Le patron des lieux s'appelle LIONEL LAFONT. Un personnage et tout un caractère pour ne pas dire plus virilement un p..... de caractère ! Demandez-lui tout... il ne vous dira rien ! Demandez lui rien et il vous dira tout.
Lionel dirige TROPICASUB avec Françoise depuis 1986. Inutile de vous dire qu'il connaît fort bien les sites du Nord-Caraibes.  C'est avec un sourire quasi permanent qu'il vous reçoit... au rythme des Antilles mais avec une oreille très attentive et un regard d'un bleu qui voit tout. Ce qui est merveilleux avec Lionel, c'est cette impression qu'il n'y a jamais de problème.... "tout va bien... pas de souci... d'accord... on a le temps..."


Une fois les formalités administratives faites... Lionel vous dresse le tableau : "Connaissez-vous l'épave du RESINIER et celle du RORAIMA, les canyons de Babody et les Grottes du Sous-Marin, le rocher de La Perle et le tombant de Pointe Lamare ? L'homme égrène ainsi plusieurs dizaines de sites qu'il vous tarde de découvrir.


Hermes attend les plongeurs
C'est au rendez-vous quotidien de  9 h 00 que tout commence. On s'équipe au local en regardant la mer... après une vérif. du matériel, LIONELnous informe qu'il va falloir traverser la route pour gagner le bateau. Étonnement de notre part ! Un doigt pointé vers la plage et nous n'avons pas remarqué HERMES qui est arrivé pendant que nous parlions. Le bateau est là, à quelques dizaines de mètres de nous. Nous enfilons nos stabs, prenons les palmes à la main et descendons vers la plage, non sans avoir fait un stop pour laisser passer quelques voitures.

Situation cocasse et inattendue que d'accéder au bateau de la sorte. Nous voici maintenant sur la plage et nos premiers pas dans l'eau nous révèlent que la température des Caraïbes est à souhait ; au moins 24 °. Quelques coups de palmes et nous voici sur les échelles d'accès d'HERMES.

On grimpe à bord et l'on s'installe. GUY, un moniteur de TROPICASUB Plongée nous accueille tout aussi gentiment que LIONEL.... Tout le monde est là et nous partons vers notre première plongée "de ré-adaptation" dans une sorte d'aquarium appelé les Canyons de Babody.  L'arrivée sur le site est suivi d'un briefing extrêmement précis de la part de LIONEL. Nous remarquerons par la suite que tous ses briefings seront très détaillés (notre homme est aussi intarissable sur les épaves de St Pierre).
Tortue du Rocher de La Perle
Le signe O.K. marque le début de l'immersion dans une eau chaude mais qui reste d'une transparence relative... Ce n'est plus La Manche, mais ce n'est pas la Mer Rouge.

Qu'importe, le festival commence, nous découvrons de larges sillons que sont ces Canyons de Babody... De superbes éponges de toutes sortes, quelques belles langoustes de tailles respectables, des coraux "fils de fer", vers de feu, éponges encroûtantes, éponges barils, tubulaires, etc... Des poissons, certes plus petits qu'en Mer Rouge, mais tout aussi nombreux : perroquets, thazards, murènes, chevaliers, demoiselles, poissons anges, serpentines, barracudas, diodons, poissons coffres, ballistes, du jaune, du vert, du bleu, du rouge, etc.....


Les 4 plongées que nous ferons sur du "caillou" (y compris au Diamant) seront ponctuées par ce type de faune et flore assez remarquable. Signalons que c'est sur le Rocher de La Perle (face à l'anse Couleuvre, dans le Nord Caraîbes), que nous rencontrerons deux superbes tortues peu farouches que nous aurons le loisir d'approcher à moins de 2 mètres pendant de longues minutes.

Outre les commentaires de fin de plongée, chaque retour vers le club est ponctué par une tradition à bord d'HERMES : le partage d'une bonne rasade de boisson locale à base de canne à sucre, de vanille, de citron..... "Le TI PUNCH arrangé". Nous ne faillirons jamais au respect de cette bien agréable coutume....

HISTOIRE ET EPAVES
8 mai 1902 -  8 h 02 - 28.000 victimes.
St Pierre avant la catastrophe/Photo Henri de Ste Rose
(Avec l'autorisation de Mr Henri de Sainte Rose)

La Montagne PELEE vient de rentrer en éruption et cause d'inombrables dégâts humains et matériels. C'est l'horreur dans St Pierre qui se trouve rasé en quelques minutes. Les nombreux bateaux qui sont au mouillage dans la rade sont surpris et n'ont pas le temps de manoeuvrer. C'est la panique !

La nuée ardente déclenchée par le volcan, les projections se déplaçants à plusieurs centaines de km/h touchent les navires. Pendant plusieurs jours, bon nombre d'entre eux agoniseront et finiront par couler pour se retrouver sur des fonds variant de 9 à 85 mètres.

C'est ainsi que les Épaves du Volcan sont devenues connues : Le RESINIER, la GABRIELLE ou BISCAYE, le DALHIA, le DIAMANT, La TERESA LO VIGO, la CLEMENTINA, Le TAMAYA, le RORAIMA... autant de noms que de drames, de naufrages...

Le GRIEME  a souhaité aller à la rencontre de quelques unes de ces épaves... afin de découvrir ces "vieilles dames" victimes de la colère de la terre. C'est ainsi que nous retrouvons LIONEL et GUY qui seront nos guides pour ces immersions.

"On est pas en panne de bateau, on est déjà arrivé" lance, goguenard ,  Môssieu LIONEL avant de nous régaler d'un briefing qui, à lui seul, vaut le détour. L'homme est intarissable sur les circonstances du naufrage de tel ou tel bâtiment. Il vous rappelle que le navire faisait la ligne St Pierre et Miquelon/Bélem ! Comment le bateau a brûlé, la débandade de l'équipage, le courage de certains capitaines. Comment s'est posée l'épave, le "cul tourné vers La Pelée". Une question de votre part, et il enchaîne sur l'importance de l'angle de 30° de l'étrave par rapport au sable. Il détaille le travail des xylophages que sont les tarets et disserte sur leur oeuvre. Il mentionne bon nombre de plaques de cuivres des bordées. Il y a quatre ancres sur le RORAIMA, vous allez rencontrer un cocotier sur la GABRIELLE. Il s'envole sur les membrures de ce voilier et les doubles bordées encore visibles de celui-là.... Bref, il vous met très habilement l'eau à la bouche. Rarement, briefing fût aussi passionnant.
Et puis vient le temps de la mise à l'eau avec rappel des consignes de sécurité. Un signe à 100 bars, la bouteille de sécu. fermée qui est à -9 mètres, les paliers de "type COMEX" qu'il affectionne de pratiquer.... et termine par vous remercier de votre attention tout en vous souhaitant une bonne plongée.

Le reste vous appartient. C'est enfin la découverte des épaves de St Pierre. La profondeur de certaines vous invite à beaucoup de prudence, d'autres vous laisseront le loisir de fouiner beaucoup plus longtemps. Des surprises seront au rendez-vous, notamment des barils de ciment ayants perdus leurs structures bois sur la TERESA LO VIGO. Un puzzle à reconstituer sur le RESINIER. L'ancre de la GABRIELLE, puis la découverte des axes du safran. La structure encore bien visible du DIAMANT qui contraste avec le DALHIA. Mais c'est sans conteste le RORAIMA qui nous procurera les sensations les plus intenses.

Dernièr point important, les épaves de Saint Pierre seront bientôt toutes des centenaires.... D'ailleurs, en mai prochain 2002, le BELEM fera escale dans la baie pour participer à différentes cérémonies afin de ne jamais oublier cette catastrophe. Alors, un  centenaire, ce n'est pas tous les ans ! Une fête comme celle-ci vaut le déplacement,  n'est-ce pas le moment pour vous aussi, de partir faire une plongée vers la Martinique, St Pierre et ses trésors !


NOTRE COUP DE COEUR
LE RORAIMA
RORAIMA ! Nom mythique qui sonne comme DONATOR, LEOPOLDVILLE, FRANCE

L'étrave du RORAIMA

RORAIMA aux dimensions impressionnantes est un vapeur mixte de la QUÉBEC LINE qui assurait le transport de marchandises entre le Nord et le Sud. En mai 1902, il est en escale à St Pierre.

A son bord, du charbon pour la vapeur et du pétrole lampant. Une partie du bateau est en bois, notamment le pont. Puis survient l'éruption de La PELEE, le RORAIMA devient victime d'une configuration infernale qui combine la chaleur intense et sa cargaison. Un incendie se déclare...

le bateau se met à brûler pendant 3 jours avant de couler parallèlement à la côte, l'étrave vers la Montagne PELEE. Il se casse en deux parties qui sont nettement visibles.

Sur la cinquantaine d'hommes, une trentaine périrent et 18 furent rescapés.
 

Voir fiche épave du GRIEME
Plongée sur le RORAIMA
ou sur le DAHLIA & DIAMANT

 

Alors, rendez vous prochainement à St Pierre !

(Crédit Photo GRIEME)


A LIRE EGALEMENT SUR LE SUJET
Le Tamaya par Michel METERY

Nous ne pourrions pas achever ce trop rapide "tour d'horizon" des épaves de St Pierre sans évoquer le nom de TAMAYA.... l'épave la plus profonde de toutes celles "bien connues" en Martinique. Réglementée au niveau de la plongée, interdite à la quasi totalité des "plongeurs amateurs", cette épave mythique vaut la peine d'être découverte au traver d'un superbe livre de Michel  METERY.

Cet ouvrage, préfacé par Albert FALCO, capitaine de LA CALYPSO vous emmènera dans une fabuleuse histoire.... de plongée....  mais pas seulement....

Le TAMAYA par Michel METERY


REMERCIEMENTS
Lionel, Françoise, Guy de TROPICASUB Plongée
Plus d'infos contactez : Lionel LAFONT
B.P. n° 17
    97250 SAINT PIERRE - MARTINIQUE (F.W.I)
Téléphone : 05.96.78.38.03/06.96.24.24.30
e.mail : l.lafont@outremeronline.com
Site internet : http://www.tropicasub.com

Pour leur accueil bien sympathique
Bouinette du MADI CRÉOLE
Henri de St Rose pour sa vue de St Pierre
A Anthony et Laurence
Aux martiniquais(e)s


Pour le GRIEME - Hélène BOYENVAL/Pascal CANNESSANT

 

Remonter à la surface de la page